L’examen gynécologique – pas si terrible que ça!

Pour l’examen gynécologique, la patiente dévêtue est invitée à s’asseoir sur la chaise gynécologique, en plaçant ses jambes écartées sur les repose-jambes latéraux. Pour des raisons d’hygiène, le gynécologue porte des gants médicaux. Lors de l’examen, le médecin explique en permanence ce qu’il est en train de faire et prépare la patiente pour les étapes suivantes.

La conduite de l’examen – une étape après l’autre

  • L’examen au spéculum (dure quelques minutes): Le spéculum est un instrument servant à ouvrir et étirer légèrement l’orifice vaginal, afin de donner un accès optimal pour l’examen du vagin, du col de l’utérus et de toute la muqueuse vaginale. La relaxation et une respiration profonde réduisent la sensation de pression et préviennent d’éventuelles douleurs légères dans le bas-ventre. Le médecin effectue un prélèvement cellulaire au niveau du col utérin à l’aide d’une petite brosse et enverra ce frottis au laboratoire qui analysera l’échantillon en vue de la détection précoce d’un cancer du col de l’utérus (carcinome cervical).
  • La palpation avec les doigts: Le médecin palpe le vagin et le col utérin en insérant ses doigts dans le vagin. La palpation des organes internes lui est facilitée par une légère pression sur le bas-ventre qu’il exerce de la main opposée et qui permet de pousser l’utérus vers le bas.
  • L’examen des seins: Le médecin examine soigneusement la poitrine afin de détecter la présence éventuelle de nodules.

Toute sensation douloureuse doit être immédiatement signalée au médecin. L’examen comprend des gestes de routine que le gynécologue effectue plusieurs fois par jour; ils ne devraient donc normalement pas être gênants. Si quelque chose ne vous semble pas clair, il vous suffit à tout moment d’exprimer vos questionnements.