Le choix de la méthode – une question d’information

L’offre de méthodes de contraception fiables est aujourd’hui très vaste. Il n’en est pas moins que certaines grossesses surviennent toujours de manière non désirée ou au mauvais moment. C’est pourquoi il est essentiel d’acquérir une information optimale sur la contraception. Certains moyens de contraception se révèlent plus adéquats ou sont au contraire à éviter absolument, en fonction des différentes étapes et circonstances de vie. Le conseil avisé du médecin aide à trouver la méthode contraceptive adaptée à chaque situation.

Lors du conseil en matière de contraception, une importance particulière est accordée:

  • à la fiabilité de la méthode;
  • à sa tolérance et aux effets indésirables;
  • aux risques pour la santé;
  • aux bénéfices pour la santé;
  • à l’information concernant les IST (infections sexuellement transmissibles).

Plus une méthode est fiable, plus le risque d’une grossesse non désirée est réduit.

La tolérance des différentes méthodes de contraception hormonales est très personnelle. Les effets indésirables les plus fréquents sont des maux de tête, des tensions mammaires (sensibilité des seins), des nausées, des troubles émotionnels (irritabilité) et des altérations cutanées.

Les risques pour la santé se réfèrent à des maladies qui surviennent plus fréquemment lors de l’utilisation d’une méthode de contraception. En cas d’utilisation de préparations hormonales combinées, on trouve notamment un risque accru d’apparition de thrombose, corrélé à une prédisposition personnelle ou familiale.

Les bénéfices pour la santé se réfèrent aux effets positifs des méthodes de contraception permettant d’obtenir davantage que la prévention des grossesses non désirées, notamment la réduction des saignements menstruels due à certaines méthodes hormonales ou la réduction des IST (infections sexuellement transmissibles) lors de l’utilisation du préservatif.

L’information concernant les IST (infections sexuellement transmissibles) et les moyens de prévenir leur transmission devrait être une part intégrante d’une séance de conseil.